Mustapha Abdelhamid Kara, lorsque l'handicap n'a qu'un sens, le triomphe

Publié le : samedi, 14 mars 2020 12:42   Lu : 19 fois
Mustapha Abdelhamid Kara, lorsque l'handicap n'a qu'un sens, le triomphe

MOSTAGANEM - Le champion du monde de plongée en piscine, Mustapha Abdelhamid Kara, est l’un de ces jeunes aux besoins spécifiques qui ont réussi, à force de volonté et de persévérance, à devenir la fierté de l’Algérie au niveau continental et international. Pour lui, rien n’est impossible.

Victime d’un accident de la route alors qu’il était encore enfant et qui a conduit à l’amputation de sa jambe droite, Kara a commencé sa carrière sportive à l’âge de 13 ans, en 1998. Il avait rejoint alors l’association sportive En-Nasr pour les personnes aux besoins spécifiques pour pratiquer la natation dans la ville de Mostaganem.

Après six années de travail acharné et d’entraînements intensifs, il a acquis son premier titre national dans sa carrière dans la spécialité du 50m dos. Puis, il a rejoint l’équipe nationale de natation pour les personnes aux besoins spécifiques.

Après 2004, Kara a décroché le titre de champion d’Algérie durant plusieurs saisons et dans plusieurs spécialités comme il a battu quatre records nationaux dans quatre spécialités et un record africain en 50m nage libre en 2009 (catégorie S9). Cet athlète a été sacré, avec son équipe En-Nasr, huit fois champion d’Algérie et détient neuf coupes d’Algérie, avant de rafler le titre mondial de plongée en piscine pour handicapés, en 2016 au Maroc.

La plongée, entamée en 2014 en qualité d’amateur, a été pour Mustapha Kara un nouveau challenge sportif, après avoir maîtrisé la natation dans la plupart des spécialités.

 

Confiance en soi et persévérance dans le travail

 

"L'handicap n'a jamais été synonyme d’incapacité, une raison pour ne jamais pratiquer un sport ou un prétexte pour céder à la dure réalité du quotidien", explique-t-il à l’APS. Ce sportif a transformé la perte de sa jambe en énergie positive, mêlée à la résolution et la confiance en soi, l’affinant avec le travail et l’assiduité, devenant ainsi un exemple pour tous les jeunes sportifs aux besoins spécifiques.

De la natation à la plongée, puis à l’aide des handicapés à l’intégration sociale et après 20 ans de compétitions et de titres, Abdelhamid Kara a décidé de mettre fin à carrière sportive et s’est consacré entièrement à l’association sportive En-Nasr dans le but d’aider les personnes aux besoins spécifiques à s’intégrer dans la société et à la pratique du sport, leur apportant un soutien moral et matériel et leur transmettant son expérience et sa compétence dans le sport aquatique.

Mustapha Abdelhamid Kara a indiqué que les sportifs des jeunes catégories aux besoins spécifiques représentent l’avenir du club et constituent l’élite nationale qui continuera à décrocher des titres continentaux et internationaux dans tous les sports pour personnes aux besoins spécifiques, sur les plans individuel et collectif.

Loin de l’activité sportive et associative, Kara travaille comme fonctionnaire à l’entreprise "L’Algérienne des Eaux". "Les autres sportifs aux besoins spécifiques sont sans emploi et leurs clubs ne reçoivent pas d'aides financières nécessaires", a-t-il déploré.

Il est à signaler que quelques infrastructures sportives fréquentées par les personnes aux besoins spécifiques ne sont pas adaptées à la pratique du sport et sont dépourvues de parcours ou d’endroits dédiés aux handicapés. "Ce qui multiplie la détresse des clubs dont les caisses restent vides. Et pourtant, ces formations sont riches par leurs titres et performances à l’actif de leurs champions", selon le même interlocuteur.

Le manque de moyens matériels a poussé l’association En-Nasr, qui compte une école pour les jeunes catégories, à se concentrer sur la natation et l’entraide avec les autres associations et clubs locaux pour développer les compétences et orienter les entraînements des sportifs vers la plongée.

Abdelhamid Kara souligne que "les personnes aux besoins spécifiques doivent se concentrer sur les aspects positifs de leur vie et avec la volonté et la persévérance, rien n’est impossible, car la volonté de vaincre conduit au triomphe".

"Pas de différence entre les sportifs", affirme Mustapha Abdelhamid Kara, car "l’objectif, l’ambition et la rage de vaincre sont les mêmes. Sur le terrain, ce sont le talent, la confiance en soi et l’effort dans le travail qui feront la différence".

Mustapha Abdelhamid Kara, lorsque l'handicap n'a qu'un sens, le triomphe
  Publié le : samedi, 14 mars 2020 12:42     Catégorie : Sport     Lu : 19 foi (s)   Partagez