L'existence des colonies dans le monde, une menace pour la sécurité internationale 

Publié le : lundi, 14 décembre 2020 18:29   Lu : 0 fois
L'existence des colonies dans le monde, une menace pour la sécurité internationale 

ALGER- Le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Bouzid Lazhari, a affirmé lundi que l'existence de colonies dans le monde menaçait la sécurité et la paix internationales et attentait aux droits de l'Homme, appelant à l'accélération de la mise en œuvre de la résolution 1514 sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux.

"La Révolution algérienne faisait partie des raisons ayant permis d'accélérer l'adoption de cette importante résolution validée par 89 voix contre quelques 10 abstentions", a indiqué M. Lazhari lors d'une conférence de presse organisée par le CNDH en partenariat avec le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui, à l'occasion du 60e anniversaire de l'adoption par l'ONU, de la déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, adoptée sous forme de décision N 1514.

Lors de cette conférence qui s'est déroulée en présence de l'ambassadeur sahraoui à Alger et d'experts en droit international, le même responsable a fait savoir que la communauté international était entièrement convaincue que "l'existence de situations de colonisation, ce qui constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales et une violation flagrante des droits de l'Homme et de ses libertés", d'où l'impératif d'une "décolonisation", soulignant que cette résolution "est devenue désormais, une règle contraignante en matière de droit international conformément au 53e article du traité de Vienne 1989".

Et d'enchainer que "le comité de l'ONU chargé de l'application de la déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux avait mis en avant dans son dernier rapport l'impérative décolonisation du Sahara Occidental", ajoutant que l'ONU est, en vertu de cette résolution, contrainte à l'appliquer quelles que soient les difficultés conjoncturelles et les positions individuelles enfreignant la légalité internationale".

Pour M. Lazhari, "la violation des lois n'est plus chose étrange comme ce fut le cas avec la question palestinienne et la reconnaissance d'El Qods", soulignant qu'"il est n'est pas possible d'annexer des territoires occupées et le Maroc, en sa qualité de force d'occuption, ne peut disposer des territoires sahraouis ni les vendre".

Plaidant pour la décolonisation de l'ensemble des territoires occupés, le même intervenant a déclaré qu'"en Algérie, nous soutenons les questions de décolonisation car s'inscrivant en droite ligne avec les droits de l'homme.

La position de l'Algérie est fondée sur des bases historiques, morales et juridiques solides ayant été tirées de l'héritage des pères fondateurs qui ont soutenu les populations opprimées".

"L'ère unipolaire est révolue et le monde se dirige vers le changement.

Les têtes du nouveau pôle, à l'instar de l'Union russe, la Chine et la Grande Bretagne rejettent toute persistance du colonialisme", a déclaré le même responsable concernant l'annonce du président sortant Trump et et de l'accord entre le Maroc et l'entité sioniste, ajoutant que "l'histoire sera sévère contre toute partie choisissant de comploter".

Le Sahara occidental restera une affaire de décolonisation en vertu du Droit international, a-t-il dit, insistant sur l'impérative mise en oeuvre de la légalité internationale et organisation d'un référendum sur l'autodétermination.

Face aux défis régionaux, aux évolutions rapides et à leurs répercussions sur l'Algérie, M. Lazhari a fait savoir que "le facteur décisif et déterminant pour la protection de la sécurité de l'Algérie consiste à oeuvrer sur le front interne à travers la mobilisation de tous, peuple et opposition, autour des politiques de défense et étrangère, étant des lignes rouges", appelant à l'impératif de s'unir autour de l'Armée nationale populaire (ANP) et de toutes les institutions légales élues.

 

 L'annonce de Trump, un deal de pilleurs

 

De son côté, le président du Comité algérien de solidarité avec le peuple sahraoui, Said Layachi a qualifié le deal conclu par Trump qui a reconnu une pseudo souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, moyennant la normalisation des relations maroco-israélienne, de "deal de la honte entre pilleurs qui se jouent des droits des peuples.

M.Said Layachi a indiqué que la recommandation n 1514 constitue une règle en or dans le dossier du conflit au Sahara occidental, considéré de plein droit comme étant une question de décolonisation, et aucun pays ne peut changer le droit international se soustraire à l'applicaqiont du droit des peuples à l'autodétermination.

Il a rappelé, dans ce cadre, les victoires remportées par la cause sahraouie au cours des deux derniers mois, notamment depuis le retour à la lutte armée en réponse à la violation, le 13 novembre dernier, par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu.

M.Layachi a qualifié l'annonce faite par de Trump jeudi dernier de "'deal de la honte entre pilleurs qui se jouent des droits du peuple sahraoui et du peuple palestinien. Ce deal a révélé le vrai visage du régime marocain en tant qu'agent d'Israël".

"Les relations étaient dissimulées, mais aujourd'hui malheureusement, le Roi du Maroc, président du comité d'Al Qods, a trahi le peuple palestinien au service d’Israël", a-t-il martelé. Le même responsable n'a pas exclu "la survenue de troubles sociaux et politiques au Maroc qui conduiraient à la déstabilisation de la monarchie, car le peuple marocain et une partie de l'élite n'accepteront pas cette normalisation."

M.Lazhari estime qu"il est clair que Mohammed VI et ses collaborateurs ont commis une erreur à El-Guerguarat, tout comme Trump qui a commis une erreur avec sa déclaration contraire au droit international et la résolution des Nations Unies sur la décolonisation, estimant que cela "n'honore pas les Etats-Unis, et la nouvelle administration américaine contournera cette annonce d'une manière ou d'une autre, d'autant plus que des personnalités américaines influentes ont exprimé leur rejet de cette annonce et la plupart des pays ont en exprimé également leur rejet".

L'existence des colonies dans le monde, une menace pour la sécurité internationale 
  Publié le : lundi, 14 décembre 2020 18:29     Catégorie : Algérie     Lu : 0 foi (s)   Partagez