Relance industrielle: optimisation de l'environnement d'investissement et gouvernance des entreprises publiques

Publié le : mardi, 30 novembre 2021 18:19   Lu : 3 fois
Relance industrielle: optimisation de l'environnement d'investissement et gouvernance des entreprises publiques

ALGER- La conférence nationale sur la relance industrielle qu'organisera le ministère de l'Industrie du 4 au 5 décembre 2021, s'attellera à donner un nouveau souffle à l'industrie dans le pays à travers l'optimisation de l'environnement de l'investissement et la gouvernance des entreprises publiques.

Selon un document dont une copie est parvenue à l'APS, cette conférence qui sera tenue au Centre international des conférences (CIC-Alger) sous le thème "ensemble pour relever le défi", vise à établir une vision stratégique du secteur industriel et à mobiliser les acteurs autour des objectifs de la relance économique.

Il s'agit également de l'examen des mécanismes de la relance avec les sociétés industrielles, les porteurs de projets y compris les startups, les instances activant dans le marché des marchandises industrielles, les entreprises concernées par l'aide et l'encadrement dans le domaine industriel, les centres d'études ou de recherches orientées et les experts.

La conférence tend à exhorter les entreprises industrielles au dialogue avec leurs partenaires dans d'autres secteurs afin de tirer profit de tous les aspects de la coopération, mobiliser les compétences nationales locales et étrangères pour bénéficier de leurs expériences.

Elle portera sur quatre thèmes dont le soutien aux entreprises, la promotion de la production nationale et les exportations, l'amélioration de l'environnement de l'investissement et la mise à disposition du foncier, la gouvernance des entreprises publiques économiques, le rôle de l'Etat en tant que contributeur, l'intégration, la diversification et la promotion de la compétitivité.

Au sujet du soutien aux entreprises et la promotion de la production nationale, le ministère a indiqué que le déficit dans la balance extérieure de l'industrie constitue le grande partie du déficit de la balance commerciale du pays, en ce que les données font état de la dépendance de l'économie nationale à la rente pétrolière, les importations algériennes en 2019 étant de de l'ordre de 42 milliards de dollars contre 35,8 milliards de dollars en exportations.

Les défis industriels s'articulent autour de l'augmentation des exportations des produits du secteur à travers des mesures incitatives qui doivent être régies par des conventions négociées entre les parties

désirant assumer les engagements réciproques entre les entreprises et l'Etat et leur évaluation selon divers phases chronologiques, d'une part, et œuvrer à assurer les moyens adéquats et suffisants pour limiter le flux continu des produits incompatibles à la spécification, ayant occasionné des préjudices à la production nationale et portant souvent atteinte à la santé et à la sécurité des consommateurs, d'autre part.

La conférence évoquera également les répercussions négatives de "l'ouverture prématurée sans aucune préparation de l'économie nationale", décidée à l'issue des négociations sur les accords d'association avec l'Union européenne (UE), encore moins dans le cadre de l'Accord de la grande Zone arabe de libre-échange (GZALE), ce qui a entrainé l'affaiblissement des entreprises nationales publiques et privées face à des concurrents internationaux à forte expérience.

S'agissant du deuxième axe lié à l'amélioration de l'investissement et de la disponibilité du foncier industriel, le ministère a indiqué que l'Algérie connait chaque année un nombre important de projets d'investissement, en dépit de la situation sanitaire actuelle.

A ce titre, l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) a enregistré durant le premier semestre de l'année en cours 994 projets pour un montant de 252 milliards DA, avec un nombre d’emplois prévisionnels de 24.525, selon la note conceptuelle qui a indiqué que les chiffres de l'agence ne couvrent pas l'IDE au sens adopté par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.

Selon les données de cette organisation onusienne, l'IDE a connu une baisse de 19 % en 2020, pour atteindre 1,1 milliard de dollars, avec un stock d'IDE de 33 milliards de dollars durant la même année.

Cette situation est attribuée par les porteurs de projets aux nombreuses mesures compliquées qui régissent la réalisation des projets, notamment la problématique du foncier industriel.

Pour résoudre ce problème, l'Etat entend revoir les cadres juridiques liés au foncier industriel, créer une autorité nationale unique chargée de la régulation du foncier industriel, lancer un programme de création de 50 zones industrielles sur les terrains relevant du domaine de l'Etat, et recenser le foncier industriel relevant des entreprises publiques démantelées pour le redistribuer à de nouveaux projets.

Au cours de la conférence, il sera question d'aborder les mécanismes de financement des projets productifs et le rôle des banques dans ce financement, ainsi que la problématique d'absence des données numériques permettant d'évaluer l'importance de l'investissement productif dans les financements octroyés par les banques, en sus des modalités de développement des services bancaires pour prodiguer de meilleurs prestations aux entreprises et du rôle de la Bourse d'Alger dans le financement de l'investissement.

En ce qui concerne le troisième axe, les participants auront à évoquer la question de la gouvernance des entreprises publiques économiques et le rôle de l'Etat comme contributeur au regard de la situation de ces entreprises qui se trouvent incapables de rivaliser en termes de coûts et de qualité, ainsi que les voies de diversification et d'amélioration du niveau d'intégration et de recours à des moyens modernes pouvant contribuer à l'amélioration de la compétitivité des entreprises et des normes de gestion.

Par ailleurs, le quatrième et dernier axe prévoit l'intégration, la diversification et le développement de la compétitivité, en focalisant sur l'écosystème technique national, la recherche et la valorisation, le système national de qualité, la formation dans les métiers de l'industrie, et les exigences environnementales et leur impact sur la compétitivité, ainsi que le financement bancaire.

 

Relance industrielle: optimisation de l'environnement d'investissement et gouvernance des entreprises publiques
  Publié le : mardi, 30 novembre 2021 18:19     Catégorie : Economie     Lu : 3 foi (s)   Partagez