Président du Botswana: "l'Afrique que nous voulons n'est qu'au stade de "rêve" sans l'indépendance du Sahara occidental"

Publié le : lundi, 07 décembre 2020 09:09   Lu : 7 fois

GABORONE (Botswana) - L'Afrique que nous voulons "restera un rêve tant que le Sahara occidental n'aura pas atteint sa pleine indépendance", a affirmé dimanche le Président de la République du Botswana, Mokgweetsi Masisi, réitérant le soutien indéfectible de son pays à l'indépendance de cette dernière colonie sur le continent africain.

"Je suis convaincu que nous savons tous que le rêve de l’Afrique que nous voulons ne restera qu’un rêve tant que le peuple du Sahara occidental n’aura pas atteint sa pleine indépendance et son autodétermination. Le Botswana souhaite réaffirmer son soutien indéfectible à la libération du Sahara occidental", a souligné le Président Masisi, dans une allocution prononcée par le ministre des Affaires internationales et de la coopération, Lemogang Kwape aux travaux de la 14e Session extraordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (UA) sur "Faire taire les armes en Afrique", tenue par visioconférence.

Il a indiqué, à ce propos, que "le Botswana condamne dans les termes les plus vifs les récentes attaques contre des manifestants pacifiques sahraouis dans leur propre pays, qui ont conduit à la reprise actuelle du conflit armé entre le Sahara occidental et le Maroc".

Il a, en outre, souligné que "les Africains ne peuvent jamais jouir d'une paix et d'une sécurité réelles en Afrique tant qu'un autre membre de l'Union africaine continue de subir de longues années de souffrances, de troubles et d'oppression".

"Nous continuerons d'appeler la Communauté internationale à redoubler d'efforts pour redresser les torts qui continuent de tourmenter le peuple sahraoui épris de paix", a soutenu le Président botswanais, avant d'affirmer qu'"il ne fait aucun doute qu'une Afrique sans conflit, ancrée sur les piliers de la démocratie, de la bonne gouvernance, du respect des droits de l'Homme, du bon voisinage et du respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'autre, sera un catalyseur pour suivre l'intégration de l'Afrique".

Dans le même contexte, Mokgweetsi  Masisi a rappelé "le caractère sacré et le haut niveau d'objectif avec lesquels nous avons adopté la Déclaration solennelle du 50e anniversaire de l'OUA / UA, le 25 mai 2013".

"Par le biais de la Déclaration, nous nous sommes engagés à ne pas léguer le fardeau des guerres à la générations futures. Nous nous sommes donc engagés à mettre fin à toutes les guerres en Afrique d'ici 2020", a-t-il souligné, regrettant qu'"il a fallu près de cinq (5) ans pour lancer la mise en œuvre de la feuille de route principale de l'UA sur les mesures pratiques pour faire taire les armes en Afrique".

Cet état de fait a eu, selon le président de Botswana, des répercussions négatives sur le Contient africain. "En conséquence, les armes continuent d'assourdir notre continent dans la stagnation économique, la privation, la pauvreté et la maladie", a-t-il déploré.

  1. Masisi a félicité, par ailleurs, le Commissaire pour la paix et la sécurité, M. Smail Chergui, et le Haut Représentant de l'Union africaine pour faire taire les armes, M. Ramtane Lamamra pour "avoir inclus la COVID-19 dans leurs rapports comme l'une des graves menaces à la paix et à la sécurité. Je les félicite également pour leurs rapports complets et instructifs".
Président du Botswana: "l'Afrique que nous voulons n'est qu'au stade de "rêve" sans l'indépendance du Sahara occidental"
  Publié le : lundi, 07 décembre 2020 09:09     Catégorie : Monde     Lu : 7 foi (s)   Partagez