Université Alger 2: des enseignants et des étudiants plaident pour la décolonisation du Sahara occidental

Publié le : mardi, 23 mars 2021 19:34   Lu : 9 fois

ALGER - Des enseignants et des étudiants de l'Université Alger 2 ont plaidé, mardi, lors d'une rencontre avec une délégation du Front Polisario, pour la décolonisation du Sahara occidental et l'autodétermination du peuple sahraoui conformément à la légalité internationale, dénonçant la politique de répression à laquelle se livre le régime du Makhzen contre les civils sahraouis sans défense dans les villes sahraouies occupées.

Lors d'une rencontre avec des représentants d'organisations estudiantines algériennes et une délégation du Front Polisario, conduite par le secrétaire général de l'Union des étudiants sahraouis, Moulay Mhamed Ibrahim, le recteur de l'Université Alger 2, Said Boumaïza, a affirmé que le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination est un droit "inaliénable", soulignant qu'au regard de la légalité internationale, la question sahraouie "relève de la décolonisation" malgré les manœuvres marocaines visant à imposer le fait accompli".

Après avoir rappelé, dans ce cadre, la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) et les arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne stipulant que le Sahara occidental n'est pas marocaine, M. Boumaïza a dénoncé les violations marocaines des droits de l'homme et le black-out imposé par le Maroc qui interdit à la presse internationale de rendre compte de la réalité de son "terrorisme d'Etat".

Dans une déclaration à l'APS, le recteur de l'Université Alger 2 a souligné que la réception, par l'administration de l'Université, d'une délégation du Front Polisario était l'occasion de réitérer la solidarité "inconditionnelle" de l'Algérie avec la juste cause sahraouie et avec le peuple sahraoui, notamment dans la conjoncture actuelle marquée par "l'escalade de la politique de répression à laquelle se livre le régime du Makhzen, surtout après sa violation de l'accord de cessez-le-feu et sa soustraction à la légalité internationale".

La famille universitaire, toutes composantes confondues, soutient la lutte légitime du peuple sahraoui pour le recouvrement de sa souveraineté sur l'ensemble de ses territoires occupés, a-t-affirmé.

"La position de l'Algérie est conforme à la légalité internationale et aux principes puisés de la Déclaration du 1er novembre, en soutien aux peuples réprimés et aux mouvements de libération", a-t-il rappelé.

De son côté, le doyen de la faculté des sciences humaines et sociales, Boukeba Abdelaziz a passé en revue, dans son intervention, tous les motifs justifiant que le Sahara occidental "n'a aucun lien historique avec le régime du Makhzen", saluant en parallèle le rôle de l'université dans l'écriture "d'une histoire de lutte du peuple sahraoui et de ses combats contre l'occupation marocaine".

Il a en outre déploré "le silence" de certains pays qui prétendent défendre "les libertés, les droits de l'homme et la démocratie" face à "l'utilisation par le Maroc des armes interdites sur le plan international contre le peuple sahraoui sans défense, tels le napalm et le phosphore".

Pour sa part, le représentant des organisations estudiantines à l'Université d'Alger 2, Ahmed Zekkar a réaffirmé le soutien "inconditionnel" de la communauté universitaire à la lutte du peuple sahraoui, soulignant que la question sahraouie ne saurait être résolue sans l'organisation d'un référendum libre, juste et régulier, conformément à la légalité internationale.

Il a également indiqué que la position de l'Algérie "est très claire" en soutien de la cause sahraouie comme question de décolonisation, et ce conformément aux résolutions internationales et aux chartes onusiennes, exhortant par ailleurs les Sahraouis à poursuivre leur lutte légitime jusqu'à l'édification de leur Etat indépendant sur l'ensemble de leurs territoires occupés.

Dans son intervention, Moulay Mhamed Brahim, membre du Secrétariat national du Front Polisario et Secrétaire général des étudiants sahraouis a appelé la Communauté internationale à assumer ses responsabilités pour lever le blocus sécuritaire imposé par les forces d'occupation marocaines aux villes sahraouies occupées", exigeant "l'arrêt immédiat de la torture infligée quotidiennement aux civils sans défense dans les villes occupées".

Les tournées qu'effectue une délégation du Front Polisario dans les établissements universitaires algériens visent à mettre la famille universitaire au fait de la situation, après la reprise par le peuple sahraoui de la lutte armée suite à la violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu le 13 novembre dernier, a-t-il indiqué.

La rencontre d'aujourd'hui a permis de transmettre encore une fois les remerciements du peuple sahraoui au peuple et au gouvernement algériens pour leurs positions historiques constantes et inconditionnelles à l'égard de la question sahraouie.

Le peuple sahraoui a accueilli favorablement la dernière décision du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) de remettre la question sahraouie dans son véritable contexte de décolonisation, une décision, a-t-il-dit, qui met l'accent sur le nécessaire respect des principes de la charte constitutive de l'UA et sur le retour des deux parties au conflit à la table des négociations pour la décolonisation du Sahara occidental.

Au terme de son intervention, il a souligné que la bataille se poursuit et que la victoire est proche pour l'édification de la République arabe sahraouie sur l'ensemble de ses territoires occupés.

Outre le recteur de l'Université d'Alger 2, des doyens de Facultés et d'instituts, des enseignants et des étudiants universitaires ont pris part à cette rencontre.

Le Front Polisario était représenté par le Secrétaire général des étudiants sahraouis, Moulay Mhamed Brahim, l'attaché culturel à l'ambassade de la RASD à Alger, Mahboub Cherif, le chargé des relations extérieures des étudiants sahraouis, Ali Mehdi, le représentant du ministère sahraoui de l'information, Ali Omar ainsi que le représentant du ministère sahraoui de l'enseignement, Mohamed Djoudou Omar.

Université Alger 2: des enseignants et des étudiants plaident pour la décolonisation du Sahara occidental
  Publié le : mardi, 23 mars 2021 19:34     Catégorie : Monde     Lu : 9 foi (s)   Partagez