Maroc: Le Roi demeure "le seul maître des choix et le seul comptable des désastres"

Publié le : mercredi, 08 septembre 2021 18:14   Lu : 311 fois
Maroc: Le Roi demeure "le seul maître des choix et le seul comptable des désastres"

ALGER - Le Roi Mohammed VI demeure "le seul maître des choix et le seul comptable des désastres" au Maroc, constate le magazine d'actualité hebdomadaire "Marianne", s'interrogeant sur le destin des Marocains après les élections législatives, communales et régionales qui ont lieu ce mercredi.

"Le destin des Marocains peut-il changer après les élections législatives, communales et régionales du 8 septembre alors que Mohammed VI demeure le seul maître des choix et le seul comptable des désastres ? Quel que soit le résultat du scrutin, maintien ou défaite des islamistes, après dix années de gouvernance, le grand ordonnateur restera le Commandeur des croyants", écrit la journaliste Martine Gozlan.

Le titre di commandeur des croyants " consacre l’intouchabilité du roi et donc pénalise les "offenses" à sa personne. Il est censé préserver le royaume de l’extrémisme religieux et protéger les sujets. Ce titre rassure aussi les alliés occidentaux de Mohammed VI, qui voient dans cette formule de dévotion et de respect le meilleur garant de la stabilité du trône contre les velléités d'insurrection populaire", explique l'auteur.

"Le titre et le rituel baisemain au monarque, symbole d’allégeance venu du fond des siècles, ne heurtent pas les nombreux zélateurs français d'une modernité marocaine qui aurait été inventée par (le Roi ndlr) ‘M6’, le pseudonyme branché du Commandeur des croyants. C’est si commode : l’expression permet de tisser une cape d’invisibilité autour des multiples autres titres et attributs du roi", ajoute Martine Gozlan.

Elle estime qu'il "accroît sa séduction et son exotisme comme s’il s’agissait d’une étiquette comparable, somme toute, et sur une terre islamo-arabo-berbère, à celle qui entoure la reine Elisabeth".

 

Le roi détient les clés du désastre

 

Seulement, fait-elle remarquer  "la vie quotidienne, celle des taudis de Casablanca, des enfants prostitués de Marrakech, du Rif abandonné sur le plan économique et des femmes condamnées à l’analphabétisme – n’est pas exactement le pendant de celle des sujets britanniques".

Cet abîme entre les paillettes médiatiques de la royauté et la réalité vécue par la population a été constamment dénoncé par la presse marocaine, première victime du harcèlement révélé par les enquêtes sur le réseau de cyber-espionnage Pegasus, rappelle l'auteur.

Mohammed VI, qui a longtemps tenu à ce qu’on l'appelle "le roi des pauvres" et règne depuis vingt-deux ans, est en effet "directement comptable de la situation de ses sujets. Les orientations, les initiatives et les choix reposent entre ses mains".

Le journaliste Omar Brouksy, cité par Mariane est en première ligne de la vindicte du Palais après ses livres-enquêtes.


Lire aussi: Le Maroc lié au crime organisé et au terrorisme au Sahel


Omar Brouksy qui évoque "une situation de quasi-sacralité", précise que "les pouvoirs exécutifs et judiciaires sont à la fois dominés et contrôlés par le roi. les projets de loi doivent être avalisés par lui avant d’être présentés devant le Parlement. A défaut, ils pourraient être indéfiniment bloqués dans les tiroirs du Palais ou au secrétariat général du gouvernement surnommé "le cimetière des textes".

L'activisme royal, dans le domaine social et éducatif, est pourtant vanté par tous les relais du système, note l'auteur.

En 2005, Mohammed VI avait ainsi lancé à grand fracas une "initiative nationale pour le développement humain". Mais l’indice de développement humain du Maroc, selon les critères du Programme des Nations unies pour le développement, restait bloqué au 121e rang sur 189 en 2020, bien après l’Algérie et la Tunisie, souligne Martine Gozlan.

L'analphabétisme touche 40 % des femmes. Selon une enquête de la Banque mondiale, les dépenses de l’Etat marocain par élève du primaire étaient, en 2019, de 70 % inférieures à la moyenne de la région Afrique du Nord - Moyen-Orient.

" Celui qui détient les clés de ce désastre est pourtant l’un des souverains les plus riches du monde", déplore-t-elle.

Maroc: Le Roi demeure "le seul maître des choix et le seul comptable des désastres"
  Publié le : mercredi, 08 septembre 2021 18:14     Catégorie : Monde     Lu : 311 foi (s)   Partagez