Dans un communiqué avec l’Italie, le Maroc piétine un «principe» et accepte l’appellation «Sahara occidental»

Publié le : mardi, 09 novembre 2021 23:51   Lu : 2 fois
Dans un communiqué avec l’Italie, le Maroc piétine un «principe» et accepte l’appellation «Sahara occidental»

Le Royaume du Maroc a employé pour la première fois, dans une déclaration officielle, l’appellation « Sahara occidental » pour désigner les territoires occupés, soulevant des interrogations au sujet de ce que le Makhzen a toujours présenté comme une question de principe.

Dans un communiqué conjoint diffusé mardi au terme d’un entretien téléphonique entre le ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita et son homologue italien, Luigi Di Maio il est question d’un « Sahara occidental » et non plus du « Sahara marocain ». Paraphé, côté marocain, manifestement sous influence italienne, le document, au-delà de sa teneur, interpelle au sujet de la solidité des convictions du royaume concernant la question sahraouie.

Il est difficile, en effet, d’imaginer qu’un principe puisse être abandonné aussi aisément sous l’effet d’un partenaire, aussi important soit-il, au cours d’une conversation téléphonique.

Quelques jours plus tôt, pourtant, le roi du Maroc, Mohamed VI qualifiait, au cours d’un discours officiel, la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental de question « non négociable ».

Le communiqué italo-marocain porte ainsi un sérieux coup à la crédibilité du discours royal. Il s’agit aussi d’un recul forcé imposé par les circonstances et les intérêts politiques.

Dans le communiqué adopté il est précisé que « M. Di Maio a évoqué la position de l’Italie sur la question du Sahara occidental, telle qu’exprimée dans la Déclaration sur le Partenariat Stratégique Multidimensionnel, signée le 1er novembre 2019 à Rabat, en réaffirmant le plein soutien italien aux efforts du Secrétaire Général de l’ONU pour poursuivre le processus politique ».

Même si l’appellation « Sahara occidental » ne figure qu’une seule fois sur le document, elle reste amplement suffisante pour mettre en doute d’innombrables discours d’officiels marocains sur le Sahara occidental dont la cause est soutenue par de nombreux pays mais dont la justesse est surtout reconnue par l’Organisation des Nations unies.

La conversation téléphonique entre les deux ministres intervient, il faut le dire, quelques jours seulement après la visite effectuée par le président italien, Sergio Mattarella, en Algérie, accompagné entre autres, par le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio.

Une visite au cours de laquelle les responsables des deux pays ont évoqué, entre autres dossiers, celui du Sahara occidental. La solution au conflit au Sahara occidental doit tenir "dûment compte des droits du peuple sahraoui", a soutenu, à ce propos, le président italien dans un entretien accordé au journal EL Moudjahid, publié samedi. "Nous suivons de très près la question du Sahara occidental.

Nous avons toujours soutenu avec conviction le rôle joué par les Nations unies et, à cet égard, nous avons appris avec satisfaction la nomination du diplomate italo-suédois Staffan De Mistura comme envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU", a-t-il expliqué.

Le président Mattarella a également souligné, dans ce contexte, que l'Italie soutient "le rôle de l'Algérie et son attachement au cadre onusien sur le Sahara occidental".

 

Dans un communiqué avec l’Italie, le Maroc piétine un «principe» et accepte l’appellation «Sahara occidental»
  Publié le : mardi, 09 novembre 2021 23:51     Catégorie : Monde     Lu : 2 foi (s)   Partagez