Réduction du personnel de l'UNRWA: un sit-in à Ghaza pour dénoncer des "licenciements abusifs"

Publié le : jeudi, 09 août 2018 12:13   Lu : 2 fois

GHAZA (Palestine) - Des employés de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) ont tenu mercredi un sit-in devant le siège central de cette organisation à Ghaza pour dénoncer le licenciement "abusif" de 250 agents palestiniens, alors qu'un autre groupe d'agents ont décidé d'observer une grève de la faim illimitée jusqu'à leur réintégration, ont rapporté des médias palestiniens.

L'UNRWA a procédé il y a quelques jours à des licenciements de plus de 250 de ses employés palestiniens en Cisjordanie occupée et dans la bande de Ghaza à la suite de coupes de 300 millions de dollars de l'aide américaine annuelle.

Cette décision de licenciement a provoqué des protestations du syndicat des employés à Ghaza alors que plus de 200 écoles pour la rentrée scolaire dans l'enclave palestinienne sont menacées de fermetures à cause du manque de personnel.

Le directeur de l'UNRWA à Ghaza, Mattias Schmale, a alerté suite à cette protestation affirmant qu'il ne peut se rendre à son bureau et que l'UNRWA ne contrôlait plus entièrement le site de Ghaza depuis plus de deux semaines.

Le syndicat a assuré, quant à lui, que son sit-in reste pacifique pour réclamer le droit des employés à continuer de faire leur travail, qu'ils ont assumé depuis de longues années, a déclaré Amir al-Mishal, dirigeant du syndicat.

L'UNRWA apporte son aide à des millions de Palestiniens enregistrés comme réfugiés, en Palestine occupée et chez les pays voisins (Jordanie, Liban et Syrie).

Plus de 500.000 enfants étudient dans les écoles de l'UNRWA qui fournit aussi des soins et une aide sociale.

L'agence emploie plus de 20.000 personnes au Proche-Orient, en majorité des Palestiniens.

Un groupe d'employés palestiniens a décidé d'observer une grève de la faim pour dénoncer leur "licenciement abusif" et le "chantage" exercé par les Etats Unis sur la question palestinienne.

Parmi ces grévistes, Ismaïl al-Talaa, qui travaille à un programme de soutien psychologique dans une école. Il a indiqué qu'il en est à son quatrième jour de grève de la faim.

Environ 80% des quelque deux millions d'habitants l'enclave, soumis depuis plus de dix ans à un blocus israélien, dépendent de l'aide étrangère.

Réduction du personnel de l'UNRWA: un sit-in à Ghaza pour dénoncer des "licenciements abusifs"
  Publié le : jeudi, 09 août 2018 12:13     Catégorie : Monde     Lu : 2 foi (s)   Partagez