Palestine: la situation humanitaire ne cesse de se dégrader à Ghaza et en Cisjordanie

Publié le : jeudi, 21 février 2019 14:47   Lu : 1 fois
Palestine: la situation humanitaire ne cesse de se dégrader à Ghaza et en Cisjordanie

NEW YORK (Nations unies) - Deux hauts responsables onusiens ont exprimé devant les membres du Conseil de sécurité leur "inquiétude" vis-à-vis de la "dégradation" de la situation humanitaire en Palestine occupée, alertant sur un "éventuel effondrement du système de santé" et un "transfert forcé" de Palestiniens par l'occupation israélienne, a indiqué un communiqué de l'ONU.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée mercredi à la situation au Moyen-Orient, l’envoyé de l’ONU dans la région, Nickolay Mladenov, s’est inquiété de la "dégradation" de la situation humanitaire dans les territoires palestiniens occupés, évoquant le déficit budgétaire de l'Autorité palestinienne d'environ 1,04 milliard de dollars, dont plus de 60% étaient couverts par l'aide des donateurs, a ajouté le communiqué rendu public le son site internet de l'Organisation.

"Ce déficit devrait augmenter en 2019 en raison du retrait de fonds importants des donateurs et de la détérioration de la situation économique", a souligné le Coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a poursuivi la même source.

Plaidant pour la création d'"environnement propice" à la reprise des négociations israélo-palestiniennes, M. Mladenov a affirmé que l'ONU a été amenée à mettre en œuvre une série d'interventions humanitaires durant l'année 2018 visant à "stabiliser" la situation notamment dans la bande de Ghaza, confrontée à un blocus israélien depuis plus de dix ans.


Lire aussi: L'armée d'occupation israélienne lance une frappe dans la bande de Ghaza


De son côté, la sous-secrétaire générale aux affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), Ursula Mueller, a relevé que la situation humanitaire dans les territoires palestiniens occupés, en particulier dans la bande de Ghaza, s'étaient "nettement détériorée en 2018".

"Cela inclut une augmentation du nombre de victimes liées aux manifestations à la barrière de Ghaza, des restrictions israéliennes à la circulation des personnes et des biens et des restrictions financières", a-t-elle souligné devant les membres du Conseil de sécurité.

Affirmant que le système de santé à Ghaza risque de "s'effondrer", Mme Mueller a précisé également que la situation humanitaire en Cisjordanie occupée n'est pas moins enviable.

 

Le financement a son plus bas niveau en 2018

 

A ce propos, elle a cité le cas de nombreuses familles et communautés palestiniennes de la zone C, de la ville d'Al Khalil et d'El Qods-Est qui sont confrontées à des pressions israéliennes "croissantes".

"Les démolitions, les expulsions, les restrictions de mouvement et d'accès et la montée de la violence liée aux colons continuent de créer un environnement propice à un transfert forcé de nombreux Palestiniens", a-t-elle fait savoir.

La responsable d’OCHA a, en outre, ajouté que parallèlement à la "dégradation" des conditions humanitaires", la capacité de la communauté humanitaire à fournir de l'aide aux Palestiniens est de plus en plus "contraignante".

"L'année dernière, le financement était à son niveau le plus bas. L'appel lancé en 2018 pour les territoires palestiniens occupés n'a été financé qu'à hauteur de 46%, ce qui est inférieur à la moyenne mondiale de 60%", a-t-elle noté.


Lire aussi: Ghaza: l'Unicef et le PAM aident des milliers de familles à faire face à l'hiver


Cette baisse s'explique, selon la responsable onusienne, par les coupes opérées pour l'UNRWA suite à la suspension de l'aide américaine, qui reste le plus important fournisseur dans les territoires palestiniens occupés, mais également par la réduction des aides fournies par d'autres agences des Nations unies et d'ONG".

Il convient de souligner dans ce contexte que la pauvreté a gagné ces dernières années de larges pans du peuple palestinien, en raison notamment du blocus économique qu'exerce la force d'occupation israélienne sur les territoires palestiniens.

Depuis mars 2018, la bande de Ghaza est le théâtre de manifestations hebdomadaires, dénonçant le blocus, les agressions israéliennes et le droit de retour des réfugies palestiniens spoliés de leurs terres et biens lors de la création d'Israël en 1948.

Ces manifestations pacifiques avaient été violemment réprimées par les forces d'occupation tuant par des tirs à balles réelles au moins 250 Palestiniens, dont 56 enfants.

Palestine: la situation humanitaire ne cesse de se dégrader à Ghaza et en Cisjordanie
  Publié le : jeudi, 21 février 2019 14:47     Catégorie : Monde     Lu : 1 foi (s)   Partagez