Bouira: plus de 6800 projets financés par l’ANSEJ ces 6 dernières années

Publié le : jeudi, 11 mai 2017 18:05   Lu : 22 fois
Bouira: plus de 6800 projets financés par l’ANSEJ ces 6 dernières années
APS PHOTOS © 2017

BOUIRA - Plus de 6800 projets ont été financés par l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ) de Bouira, a indiqué jeudi à l’APS le chargé de la formation au sein de l’antenne locale, Boumzibra Redhouane.

De 2010 à 2016, l’ANSEJ a financé 6841 projets de petites et moyennes entreprises (PME) portant sur les domaines de l’agriculture, de la construction et des services, a expliqué M. Boumzibra, en marge d’un séminaire national sous le thème le rôle des PME dans l’avenir économique du pays, organisée par l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira.

En 2016, le taux de financement a baissé de 3,33 % par rapport à 2015, et cela est dû surtout à la nouvelle stratégie de l’agence visant à orienter ces financements vers des projets d’avenir et d’une valeur ajoutée, a ajouté la même source.

Selon le même responsable, le secteur qui s’est taillé la part de lion est l’agriculture avec un taux de financement de 28%, suivi des services et des travaux de construction et d’irrigation avec 22%, alors que le taux des projets industriels financés durant cette période ne dépasse pas les 16%, a précisé le représentant de l’ANSEJ de Bouira.

Ce nombre de projets a permis la création de 16 652 postes de travail directes et indirectes, a encore précisé le même responsable.

Par ailleurs, les participants à cette rencontre, des chercheurs, des experts et des enseignants en économie, venus de plusieurs universités du pays, ont souligné l’impératif pour la PME algérienne de s’orienter davantage vers l’industrie et l’agriculture ainsi que le tourisme, qualifiés de secteurs alternatifs à la dépendance des hydrocarbures dont souffre l’économie nationale.

Jusqu’à présent, peu de PME qui se sont adaptées aux normes régionales et internationales en matière de statut et de production. Cela ne va pas dans l’intérêt de notre économie qui a besoin d’un tissu entrepreneurial fort et compétitif afin de tenter de diversifier notre production et nos exportations notamment en cette période de crise, a insisté de son côté Mahoui Karim, enseignant et chercheur à l’université de Béjaïa.

D’autres intervenants ont appelé les différentes petites et moyennes entreprises à s’impliquer davantage dans la dynamique du développement national et local, en créant davantage de richesse et d’emploi pour les jeunes et ce via l’élargissement de leurs activités dont l’Etat offre diverses facilitations et un bon accompagnement pour l’investisseur.

D’autres par, certains participants ont saisi cette occasion pour évoquer les différentes contraintes dont souffrent les PME en Algérie dans la réalisation de leurs objectifs économiques.

"Il y’a beaucoup de facteurs qui sont à l’origine de l’échec subi par certains jeunes investisseurs. La corruption, la bureaucratie et les lenteurs administratives sont autant d’entraves qui minent l’investissement de ces petites et moyennes entreprises, qui manquent aussi d’expérience et de formation", a noté M. Djamil Ahmed, enseignant à l’université de Bouira.

Bouira: plus de 6800 projets financés par l’ANSEJ ces 6 dernières années
  Publié le : jeudi, 11 mai 2017 18:05     Catégorie : Régions     Lu : 22 foi (s)   Partagez