FIJ: pour le développement du judo dans les écoles algériennes

Publié le : dimanche, 05 mai 2019 13:21   Lu : 7 fois
FIJ: pour le développement du judo dans les écoles algériennes

ALGER - La Fédération internationale de judo (FIJ) est pleinement engagée pour aider au développement de la discipline dans les écoles primaires algériennes à travers son accompagnement logistique et financier et l'instauration d'un partenariat durable, selon la représentante de l'instance mondiale, la Portugaise Leandra Freitas.

"La FIJ est très contente de pouvoir contribuer au développement du judo en Algérie, surtout dans le milieu scolaire en oeuvrant à sa promotion à travers la formation de professeurs chargés de diriger l'opération dans le temps", a indiqué Leandra Freitas à l'APS.

Le Comité olympique et sportif algérien (COA), en collaboration avec la FIJ, a organisé mercredi dernier à Alger un séminaire sur le judo dans les écoles, encadré par l'ancienne championne du monde portugaise et sa collègue à la commission "Judo pour enfants" de la FIJ, la Néerlandaise Stam Esther.

Le séminaire, auquel ont participé plusieurs anciens champions algériens de judo et membres de la Fédération algérienne (FAJ), dont l'actuel Directeur technique national, Salim Boutebcha,  avait pour objectif d'orienter les participants vers les moyens facilitant la pratique de cette discipline olympique dans les primaires, en mettant en exergue notamment ses valeurs.

"En Algérie, j'ai enregistré avec satisfaction l'engouement des entraîneurs et leur désir d'apprendre les méthodes à adopter pour bien encadrer les écoliers qui peuvent être les futures élites du judo national. On a insisté auprès des encadreurs sur le développement du judo dans les établissements scolaires et la méthode à adopter pour y arriver. Il faut mettre en avant les valeurs du judo qui reste un sport éducatif pour les enfants", a expliqué, pour sa part, Stam Esther, ajoutant que "l'objectif recherché en premier lieu est que l'enfant devienne respectueux à l'école, envers ses parents et son entourage".

Outre les séminaires qu'elle organise, l'instance mondiale apporte aussi un apport financier et matériel à ce projet.

L'opération "Judo dans les écoles", fruit d'un accord entre le COA, la FAJ et la FIJ, avec l'aval du ministère de la Jeunesse et des Sports et celui de l'Education nationale, a démarré il y a deux mois en Algérie, et plus précisément à Tizi-Ouzou avec l'école d'Aokas comme établissement-pilote.

Le projet est coordonné par l'ancienne médaillée olympique Soraya Haddad qui a décidé de lui consacrer tout son temps car il "permettra de préparer une nouvelle génération de judokas avec de bonnes bases, tout en inculquant aux enfants les valeurs du judo à l'école, comme un sport éducatif".

Dans un premier temps, l'école d'Aokas et celle d'El Harrach à Alger (école Abdelhamid-Tata) vont constituer la locomotive du projet, an attendant de toucher d'autres wilayas, à savoir Constantine, Oran et Béjaïa où il y aura dans chacune d'entre elles quatre écoles primaires concernées auxquelles s’ajoutent trois établissements dans le Sud du pays.

"L'objectif principal de l'opération est d'essayer de toucher quelque 2500 enfants pour l'année en cours. Ces écoliers seront encadrés par des entraîneurs qualifiés dont la majorité sont d'anciens athlètes des équipes nationales et d'anciens champions d'Afrique qui ont fait leurs preuves", a souligné Soraya Haddad.

Après une année de contrat, un point de situation sera fait avec la FIJ pour prendre connaissance de l'état d'avancement de l'opération et essayer de solutionner les problèmes rencontrés en cours de route.

"Ce programme sera reconduit chaque année, donc il y aura une inspection et une évaluation annuellement. On espère qu'il durera au moins quatre ans et pourquoi pas plus, cela dépendra de nous et de nos progrès", a souhaité Haddad, ajoutant que la Fédération nationale de judo doit être impliquée pour la réussite de l'opération.

Selon la Néerlandaise Stam Esther, un travail "remarquable" a été accompli jusqu'à présent par la coordinatrice générale du projet (Haddad), les professeurs et les responsables de l'école d'Aokas.

"Le travail effectué en l'espace de deux mois et demi est formidable, à voir seulement l'enthousiasme sur le visage des enfants de l'école d'Aokas qu'on a visitée. Cela nous encourage davantage à apporter notre pierre à l'édifice que l'Algérie veut bâtir", s'est-elle félicitée.

FIJ: pour le développement du judo dans les écoles algériennes
  Publié le : dimanche, 05 mai 2019 13:21     Catégorie : Sport     Lu : 7 foi (s)   Partagez